L’huile de palme durable

Nous achetons notre huile de palme auprès de nombreux petits producteurs indépendants appelés « mixed independent smallholders » et les soutenons ainsi dans leur conversion à une production durable.

Pourquoi Steinfels Swiss utilise-t-elle de l’huile de palme? C’est ce que nous explique Beat Müller, responsable recherche-développement dans l’entreprise:


Pourquoi utilisons-nous de l’huile de palme?

L’huile de palme est un produit de base entrant dans la composition de nombreuses denrées alimentaires, de produits cosmétiques et d’entretien. Avant, on utilisait du pétrole. Mais comme ce dernier n’est pas une ressource durable, on est passé à l’huile de palme dans les années 80.

Y a-t-il des alternatives?

L’huile de palme est le produit qui a le meilleur rendement par rapport à la surface cultivée. Certains fabricants utilisent de l’huile de colza. Mais celle-ci nécessite cinq fois plus de surface cultivée et les produits de base qui en sont issues sont moins performants, ce qui exige aussi d’augmenter les dosages. D’un point de vue écologique, l’huile de palme est donc globalement plus intéressante.

Est-il possible de cultiver de l’huile de palme de manière durable?

Ce qui est important, c’est exploiter les surfaces cultivées de manière durable en supprimant les pesticides et en protégeant les sols de l’érosion. En bref: nous devons conserver la fertilité des sols au lieu de les empoisonner. L’huile de palme est toujours au centre des critiques parce qu’elle implique la destruction de forêts en Asie. Mais nous ne devons pas oublier que la majeure partie des habitants de ces régions vivent de cette culture. D’ailleurs, il ne faut pas oublier qu’en Europe, on a fait la même chose: ici aussi, en Suisse, la majeure partie des forêts a été détruite au profit de l’agriculture et de l’élevage.

Qu’est-ce que la certification RSPO?

Il s’agit d’une convention entre producteurs et acheteurs pour favoriser une production durable de l’huile de palme. Elle permet de choisir entre plusieurs offres.

Pour la première fois, il a été choisi de se fournir en huile de palme auprès de « mixed independant smallhoders », c’est-à-dire de petits producteurs indépendants. En quoi est-ce une meilleure option?

C’est un soutien apporté à ces petits producteurs, pour qui la mise en œuvre du standard RSPO est plus difficile.

Coop estime que ce standard ne va pas encore aussi loin qu’elle le souhaiterait. Quel est donc l’objectif?

On peut toujours faire mieux. Il suffit de commencer.

Vous pensez donc que la RSPO va dans la bonne direction?

Ce n’est pas encore parfait, mais cela va dans la bonne direction. En Suisse, la situation est très comparable: de nombreux paysans sont déjà passés au bio, mais pas encore tous. C’est exactement la même chose avec l’huile de palme et la RSPO. Nous avons déjà fait de très gros progrès ces dernières années.


Herr Dr. Beat Müller
Responsable Recherche / Développement chez Steinfels Swiss

Ne ratez rien et soyez toujours à jour.
Abonnez-vous à notre newsletter